lundi 14 août 2017

MON ANTONIA(WILLA CATHER) ET LA RELATION CHOUETTE TELLURIQUE

Là, au fond d'un ravin, le vent ne soufflait pas trop fort,mais je sentais murmurer sa mélodie là-haut et voyais s'agiter l'herbe haute. La terre était chaude sous mon corps, chaude quand je la glissais entre mes doigts. Des bestioles étranges rouges apparurent et formèrent des squadrons autour de moi. Elles auraient le dos d'une couleur vermillon reluisant avec des points noirs. Je me suis resté si immobile que possible. Rien ne s'est passé. Je n'attendais pas que quelque chose arriverait. Moi j'étais quelque chose qui gésais sous le soleil et le sentais, comme les citrouilles, et ne voulais pas être rien d'autre. J'étais absolument heureux. Il se peut qu'on sente ainsi quand on meurt et on devient une partie d'un tout, soit l'air, le soleil, la bonté ou la sagesse. Quoi qu'il soit, c'est le bonheur: se diluer dedans quelque chose de complet et grandiose. Quand il arrive ,c'est un procès si naturel comme le somneil


La communion avec la Nature c'est un autre grand thème poétique, ainsi que l'admiration de l'infinitude de l'univers.Claudio Rodriguez c'était un poète qui était sur cette route, c'est admirable comment les humains peuvent jouir de la contemplation.
Moi, je ne suis pas vraiment insensible à la nature, plutôt je la considère un atrezzo aux moments de bonheur contemplatif en même temps d'autres choses: un fils qui dessine bien concentré

lundi 31 juillet 2017

UNE COLÈRE NOIRE, LETTRE À MON FILS ( TA-NEHISI- COATES) ET LES TROUS DE VER

Mais sa beauté et sa quiètude rompirent mon équilibre. Dans mon petit appartement, elle m'est embrassé et le sol s'est ouvert, m'avala, m'ensevelit là et en ce moment-là. Combien de poèmes efrayants j' écris en pensant à elle ? Maintenant je sais ce qu'elle signifia pour moi: la première lueur d'un pont spatial, un trou de ver, un portique galactique pour abandonner la planète limitée et aveugle. Elle avait vu d'autres mondes et portait le spectaculaire lignage de ces autres mondes dans le véhicule qui était son corps noir

On a déjà dit plusieurs fois que le propos de ce blog n'est pas chasser le lapereau.Rien de plus antipathique que mener la vie en grondant et corrigant; il faut en faire attention si on est père ou professeur. C'est pour ça que cet exemple-la nous signale une relation saine entre litterature et science: une image peut s'éclairer grâce à la science.Ce n'est par hazard ni la première fois que l'astronomie aide à décrire et grandir les sentiments de l'amour

lundi 17 juillet 2017

STEPHEN HAWKING (PARADE), MARADONA ET LE DÉSÉQUILIBRE CORPS-ESPRIT

Je volerai,volerai
emboîté dans un vêtement blanc
je volerai
et je flotterai,oui, flotterai
au  centre d'un trou noir
Stephen Hawking  me dit tout ça
Stephen Hawking en tombant du ciel
je romprai oui,romprai
les barrières qui me retiennent
moi je les romprai
Qui sait quoi, qui sait déjà
la vitesse de la pensée
où m'amenera
Stephen Hawking  me dit tout ça
Stephen Hawking en tombant du ciel
avec le volume d'une nova
avec la tension d'un Big-Bang
  je suis vivant et je le serai
plus longtemps
Stephen Hawking prédit tout ça
Stephen Hawking en tombant du ciel



Chaque fois que je pense à Stephen Hawking (au film “La théorie du tout” on prononçait Steven) avec un esprit si privilégié et un corps si humilié, je  rappelle un cas notamment opposé: Maradona ,peu de lumière mais beaucoup de conditions phisiques innées. Quand Maradona marchait bien,d'après ses entraîneurs, il était comme un chat,il ne  lui fallait que manger et dormir.
Ce serait raissonable à mon avis un peu d'équilibre entre ces deux points 

lundi 3 juillet 2017

OPPOSING SELF (LIONELL TRILLING ) ET L'ARROGANCE DE LA PHYSIQUE DU SIÈCLE XIX

Les lecteurs d' inclinaisons littéraires,qui ont comme élément de leur “pathos” la conviction d'être poursuivis par la science  accorderont particulière importance aux parties du roman qui exposent l'arrogance et les contradictions et  ill'absurdité de la science physique de l'époque.Quiconque a étudié littérature sait que la science physique était la base du matérialisme vulgaire du siècle XIX.
À ce propos il convient rappeler que Flaubert n'avait pas de l'hostilité de principes contre la science en tant qu'elle mais tout au contraire.Flaubert remarque les affirmations ridicules que la science peut faire,mais grand part de la confusion qu'expériment Bouvard et Pecuchet on doit à leur propre ineptie ou ignorance plus que à l'inadéquation de la propre science.Ce n'est pas la faute de la botanique (même si  il peut être la faute d'un manuel de botanique ) qu'ils croient que toutes les fleurs ont de péricarpe et le cherchent vainement dans les renoncules et les fraises sauvages


Laissons de côté les réciproques  “pathos” entre sciences et sciences humaines, si contraires à l'ésprit de ce blog-la. La lecture du roman Bovard et Pecuchet que nous avons déjà traité ici, ne dégage aucune image negative de la science, plutôt le texte  met en relief les deux ploucs. Quant à l'arrogance de la Pysique voilà la phrase de Kelvin:” Il n'y a rien de nouveau à découvrir en la Physique actuallement.  Il ne reste qu'avoir des mesures plus précises” prononcée en 1900,c'est à dire ,justement  avant que la Physique classique se brisse en mille morceaux

lundi 19 juin 2017

BLOODY MIAMI (TOM WOLF) ET LES DÉTRITÍVORES

Les vers.... Une fois,quand elle avait six ou sept ans, Magdalena a trouvé un petit chien mort sur un trottoir de Hialeah. Une vraie colonie de vers fouillait dans une blessure profonde des cuisses de l'animal... mais ce n'étaient pas vraiment des vers. Plutôt semblaient-ils des vers de terre, courts, molles,  pâles à mort; et ils ne se conduisaient pas d'une façon ordonnée en tant que colonie. C'était un essaim de vers qui se tortillait, se glissait, se frissonnait, se roulait, s'emmêlait et se bagarrait , se roulant les uns sur les autres avec unefrénésie décérébrée, acéphale pour s'emparer de la chair morte. Elle  comprit qu'il s'agissait de larves acéphales.Elles n'avaient pas de têtes. Ils n'avaient que frénésie. Ils ne possedaient pas cinq sens, mais un, l'impulsion, et ce n'etait l'impulsion qu'ils sentaient.Ils étaient totalement aveugles

 Tous les enfants ont trouvé parfois un ver de terre quand ils fouillaient  dans le sol.
 Grand moment pour l'avenir: L'enfant doué pour la Physiologie animale  le touche  pour voir la réaction; l'enfant non doué por la Physiologie animale ne touche pas la terre lors de longtemps
Aujourd'hui il s'agit d'un sujet dégoutant car la science parfois dégoute.Mais voire les bestioles les plus moches et avec un comportement dégoutant  ont leur  rôle dans les écosystèmes et c'est pour ça que les détritivores ( qui se nourrissent de détritus , c'est à dire la matière organique en se décomposant) sont-ils fondamentaux pour la chaine trophique

lundi 5 juin 2017

LIBRA (DON DELILLO) ET UN CAS EXCESIF DE CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT

Il ne pouvait pas oublier de  quelle façon le chapeau sauta  de la tête de l'homme mince. La surprise brusque et chocante, l'insulte subit. Quand on est convaincu d'avoir vu toutes les formes avec laquelles la violence peut  surprendre, quelque chose de nouveau jamais encore imaginé faissait face . Avec quelles forces les balles frappent-elles pour atteindre le torse  d'un homme et réussir à que son chapeau vole un metre et demi à l'air dans ligne recte ? Ce fut une leçon sur les lois du mouvement et  un rappel pour toute l'humanité : rien n'est sûre


Nous sommes pour l' accomplissement scrupuleux de toute  sorte des lois, inclues les scientifiques, parceque autrement le chaos survient.Mais Il ne faut pas pousser  comme l'élève  qui  dans le doute   place plus d'accents que necessaires ; par le biais de la science  nous savons  qu'il y a des erreurs par defaut et par excés. Le principe de conservation du mouvement explique des curieux phénomènes, mais nous croyons que l'événement raconté est impossible du point de vue scientifique

lundi 22 mai 2017

À LA RECHERCHE DE KLINGSOR (JORGE VOLPI) ET LA NATURE MYSTIQUE DES HYPOTHÈSES SCIENTIFIQUES

- Pensez- vous que la science soit un succedané de la religion?
- Pas pour quelqu'un d'esceptique, parce que la science exige aussi un esprit croyant. Quiconque  a travaillé sériesement  en un travail scientifique, sait qu' à l'entrée du temple de la science c'est écrit sur la porte: “ Tu as besoin de foi”. Nous les scientifiques ne pouvons pas nous en passer. Celui qui gére une série de résultats  que  ses expériences ont donnés, doit répresenter d'une façon imaginative  la loi qu'il est en train de chercher. Puis il doit l'incarner  dans une hypothèse mentale - j'étais perdu; je ne savais pas où il voulait arriver ou à quelle part l'avait conduit Bacon
- Voulez-vous dire que les hypothèses soient  une espèce d'acte de foi?


    D'où les hypothèses surgent-elles ? Sont-elles verités révelées? Parfois aussi le scientifique, comme le plus vieux jeues theòlogues,avant de reconnaitre la fausseté de son hypothèse, c'est capable de retordre les arguments jusqu'à les  ajuster à son idée